Inspirations

Les sirènes, femmes mi-oiseaux ou mi-poissons ?

Dessinez des sirènes avec des ailes sans être hors sujet ! En effet, dans l’antiquité les sirènes étaient des femmes-oiseaux (à ne pas confondre avec les harpies !). Les queues de poisson viendront plus tard, au Moyen Age.

Femmes-oiseaux

Les sirènes de la mythologie grecque

Dans la Grèce antique, les sirènes sont des oiseaux avec un visage de femme. Au fil de temps, elles s’humanisent, elles acquièrent un buste de femme et des bras dans les iconographies. Ne reste de leur nature animal que les ailes et les pattes mais toujours pas de queue de poisson. Les sirènes que croisent Ulysse dans l’Odyssée d’Homère sont donc des femmes-oiseaux, elles attirent les marins avec leurs chants envoûtants et les tuent.


D’autres femmes-oiseaux légendaires

Les harpies
Ne pas confondre les sirènes et les harpies ! Les harpies ont un corps de vautour et des griffes crochues. Leurs plumes dégagent une odeur nauséabonde. Ce sont des divinités grecques de la dévastation et de la vengeance, elles dévorent tout sur leur passage et sont tenues responsables de la disparition des enfants.

Les Erinyes
Plus anciennes,  les Erinyes sont aussi des divinités grecques de la vengeance. Elles ont de grandes ailes et des serpents pour cheveux comme les Gorgones. Du sang coule de leurs yeux. Elles correspondent aux Furies (ou Dirae) chez les Romains. Elles sont trois : Alecto ( l’Implacable), Mégère (la Haine), et Tisiphone (la Vengeance).

Sirin, Alkonost et Gamayun (ou Gamaïoun)
Sirin, Alkonost et Gamayun sont des femmes-oiseaux prophétiques de la mythologie slave. Le chant de Sirin et Alkonost fait tout oublier à ceux qui l’écoute. Mais seule Sirin est considérée comme maléfique. Gamayun chante des hymnes divins et prédit l’avenir à ceux qui savent l’écouter.


Ba
Ba est un oiseau à tête humaine de la mythologie égyptienne,  médiateur entre les vivants et les morts. Il a le visage du défunt ou de la défunte et représente sa capacité à communiquer, se déplacer ou se transformer.

Femmes-poissons

Les sirènes des mythologies nordiques

Les sirènes à queue de poisson apparaissent au Moyen Age (entre le VIème et VIIIème siècle) en Europe. Elles viennent des mythologies nordiques, notamment  Margygr, la redoutable géante des mers.
Les deux représentations, grecque et nordique, vont cohabiter jusqu’au XVe siècle.
La sirène, gentille et romantique, n’arrive qu’en 1835. Il s’agit de « La petite sirène » le célèbre conte d’Hans Christian Andersen.

D’autres hybrides à corps de poisson

Oannès et Atergatis
Le dieu sumérien puis babylonien Oannès, et son pendant féminin Atergatis, sont dotés d’une queue ou d’un costume de poisson. Ils émergeaient de la mer tous matins et y retournaient au coucher du soleil. Ils symbolisaient les mystères de la guérison et de la fertilité, ainsi que le pouvoir du soleil dispensateur de vie.

Ningyo
Dans la mythologie japonaise, une ningyo est une créature des mers avec un torse humain, une bouche de singe et des dents de poisson, une queue de poisson aux écailles dorées, et une douce voix qui ressemble un peu au son d’une flûte ou au chant d’une hirondelle ». Elle portait malheur au pêcheur qui la prenait dans ses filets.

Dernière mise à jour le 24/07/2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *